Le Tour du Bearn 2021 comme si vous y étiez (ou presque)

Samedi 2 octobre 7h 10. C’est l’aube. Le ciel est bleu d’encre.
Il fait doux. Légèrement frais.

Les Aigles se lèvent

Prêts à en découdre

 Mais l’ambiance est joyeuse

Bouly a clairement picolé avant de venir. Il n’est pas concentré.

Nid d’Aiglettes

Ceci n’est pas Laure Alice

La délégation des Aigles comporte une équipe transgenre.

Le Président est confiant pour la météo. Ça va être aux petits oignons.

Etude sur le renflement
Il existe plusieurs types de renflements. Certains suscitent un émoi de nature libidinale, d’autres non. Il n’y a pas vraiment de logique.

C’est parti pour le balais des véhicules !

les Aigles à réaction

La Bûche envoie du bois. Mais on a l’impression qu’il a fumé de l’herbe.

Le Tour du Bearn, c’est comme le Paris-Roubaix.
Sauf que c’est pas à vélo.
Enfin si, il y a des vélos, mais c’est juste pour l’accompagnement. Comme l’eau pour le Ricard.
Sauf aussi que c’est par équipe. Mais c’est juste pour t’empêcher d’abandonner sur les étapes les plus abominables. Le dispositif est diabolique.
Sinon, c’est pareil. C’est l’enfer !

Il était une fois dans l’Ouest le semi-marathon.
C’est le cagnard. Le four. Et on n’avance pas, putain !…

La température est un peu retombée. C’est le renouveau de la nature avec le coureur 5.

Dimanche, on change de saison. C’est la douche froide. L’ouragan-outang.

Mais quand même, c’est marrant.

Les joies du trail à Arthez d’Asson pour le C4

Tour du Béarn pluvieux, Tour du Béarn marécageux

Un dernier petit effort pour rejoindre la buvette !
Ma twingo pour une bière !

La plupart des photos sont de Eric Poulin. Grand merci à lui!

0 commentaires

Soumettre un commentaire